LOADING

Type to search

Divers Santé Uncategorized

Consommation modérée d’alcool. Est-ce mauvais pour la santé?

Share

La consommation excessive d’alcool entraine des effets irréversibles sur le corps humain, ceci est prouvé. Et s’il s’agissait d’un verre de vin ou de quelques gorgées de cognac de temps en temps? Est-ce bénéfique pour l’homme? Les spécialistes en polémiquent depuis longtemps.

Une consommation modérée n’est pas la même par tout le monde

Vous n’allez pas y croire, mais dans des villes et des pays différents les unités de l’alcool ne sont pas normées de la même manière. Pour vous donner une idée, en Angleterre – 8 g, aux États-Unis – 14 g, au Japon – 20 g. C’est pour cette raison que les gens mesurent différemment leurs limites de consommation d’alcool. Par exemple, les Anglais sont capables de consommer 3-4 unités d’alcool, les Anglaises – 2. Ils considèrent que ceci n’entraine pas de conséquences négatives pour l’organisme. Officiellement, les Japonais peuvent consommer 2 unités d’alcool par jour. Les Américains en prennent 2 également. Les médecins recommandent aux Américaines de consommer autour de 14 g d’alcool par jour.

Ainsi apparaissent les visions confuses en ce qui concerne les doses correctes de consommation des boissons alcoolisées. En général, sous une consommation modérée, les médecins entendent une dose égale à environ 20 g d’alcool par jour. L’alcool sous-entend toutes les boissons alcoolisées, la bière comme le vin, la vodka comme le cognac.

D’ailleurs, ceux qui pensent que le vin rouge est bénéfique pour la santé doivent savoir que les recherches sur ce sujet n’ont pas été concluantes, donc, expérimentalement, ce point de vu n’a pas été prouvé.

Consommation d’alcool : est-ce nocif ou bénéfique?

Les résultats de recherches, qui ont été menées dans certains pays, ont montré que les personnes ayant une consommation raisonnable d’alcool ont le taux de mortalité plus bas que celles qui n’en consomment pas du tout.

Il existe plusieurs points de vue sur ce sujet, mais une chose est incontestable : le taux de mortalité le plus bas a été observé chez les gens qui consommaient autour de 6 g d’alcool par jour.

Ces résultats ont été vivement critiqués. Les spécialistes dans ce domaine sont persuadés que les recherches ont été menées avec des erreurs. On estime que des anciens alcooliques ont été inclus dans le groupe des personnes qui ne consommaient pas d’alcool, et donc les résultats finaux ne pouvaient pas être corrects. On ne sait donc toujours pas à quel point est bénéfique ou nocive la consommation modérée d’alcool.

En plus, d’autres facteurs qui sont compliqués à inclure dans les recherches, sont susceptibles d’influer les résultats. On peut supposer que les personnes avec une consommation modérée d’alcool vivent plus longtemps que ceux qui n’en boivent pas du tout. Mais cela ne signifie pas que tout dépend de la consommation d’alcool, car personne n’interdit de faire du sport, avoir une alimentation et un mode de vie sains etc.

Les bienfaits de l’alcool

Les recherches menées depuis plusieurs années confirment que:

  • il existe un lien entre la consommation modérée d’alcool et une baisse de risque de développer des maladies cardio-vasculaires ;
  • l’alcool est capable de baisser la tension artérielle ainsi que le risque d’avoir un AVC ;
  • les personnes qui consomment de l’alcool avec modération sont moins disposées au diabète ;
  • contrairement aux personnes qui ne consomment pas d’alcool, celles qui en consomment avec modération risquent moins de développer la lithiase biliaire.

La réalité montre que tout le monde ne connait pas ses limites. Certains ne savent pas s’arrêter et boivent de trop. Par conséquent, tous les bienfaits de l’alcool passent à l’arrière-plan et les problèmes de santé surgissent.

Conclusion : les personnes qui consomment de l’alcool avec modération, diminuent le risque de développer certaines maladies contrairement à celles qui n’en consomment pas du tout. Mais dès que le seuil est dépassé, le risque d’apparition de maladies ou de décès augmente considérablement.

L’alcool n’est pas un médicament

Statistiquement, si on consomme de l’alcool en petites doses, on risque de développer certains types de cancer. Les recherches ont montré que 8% des femmes consommant de l’alcool en petites quantités présentaient un risque de développer le cancer du sein.

La consommation d’alcool peut avoir une conséquence sur l’apparition d’une tumeur cérébrale, surtout si on l’associe avec le tabac. L’apparition des maladies gastro-intestinales est directement liée à la consommation excessive des boissons alcoolisées.

Il ne faut pas oublier qu’une personne, ayant bu un verre de vodka ou une canette de bière, souvent ne respecte pas les règles de sécurité les plus élémentaires, ce qui entraine des blessures et des traumatismes graves et nuit donc à la santé.

Boire ou ne pas boire? Là est la question

Les médecins ne recommandent pas de consommer de l’alcool pour être en forme. Il n’existe pas de dose bénéfique d’alcool pour le corps humain ! Pour ceux qui n’imaginent pas le déjeuner sans un verre, selon de nombreuses recherches, on recommande les normes américaines – 14 g. C’est l’équivalent d’un verre de vin ou d’une canette de bière.

Les femmes enceintes ne devraient pas consommer de l’alcool du tout. Les scientifiques n’ont pas fini d’étudier les conséquences d’effets de l’alcool sur le fœtus. Ce qui est sûr c’est qu’il n’apporte aucun bienfait au bébé. Ne prenez pas de risque en faisant des expériences là-dessus, mieux vaut s’abstenir de tout type d’alcool pendant la grossesse.

Ceci concerne également ceux qui ont déjà rencontré un problème d’alcoolisme ou ceux qui ont les membres de leur famille avec un problème similaire. Ces personnes ne devraient pas consommer d’alcool même en petite quantité, car « d’une petite gorgée » jusqu’à « avoir du vent dans les voiles » il n’y a qu’un seul pas.